La Serbie une destination à visiter

par | vendredi, 27 mars 2020 | Voyage | 0 commentaires

La Serbie reste une destination touristique encore peu connue, mais qui ne peut que ravir les visiteurs, quels que soient leurs goûts et leurs envies

Car ce pays, au carrefour de tant de cultures, de langues et d’influences, est si riche en contrastes. De part son Histoire et sa position géographique, la Serbie se situe entre le monde catholique et le monde orthodoxe (avec aussi une minorité musulmane), entre les anciens empires austro-hongrois et ottomans, entre les plaines hongroises et les Balkans (un mot qui, en turc, signifie « montagnes »).

On peut donc aussi bien y déguster des goulash (plat traditionnel hongrois) que les loukoums orientaux, faire de la randonnée ou des croisières sur le Danube, assister à des concerts de rock ou se rendre à l’opéra…

Skadarlija

Belgrade, la ville blanche qui se réinvente sans cesse

D’un côté, la capitale serbe a préservé son héritage millénaire, avec notamment l’immense forteresse médiévale de Kalemegdan, en plein centre, où les Belgradois viennent se promener dans un jardin et visiter les quelques églises orthodoxes, parmi les plus anciennes du pays.

De l’autre, des boîtes de nuit attirent les noceurs du monde entier, alors même qu’un pharaonique projet de rénovation urbaine (Belgrade sur l’eau) se prépare sur les berges du Danube. Au milieu, on trouve aussi le charmant quartier de Skadarlija, qui évoque Montmartre à Paris, où la musique traditionnelle résonne dans les restaurants richement décorés.

Il y en a donc pour tous les goûts à Belgrade, et ce à des prix très accessibles pour les touristes d’Europe de l’Ouest. Dernièrement, Belgrade s’est aussi fait une réputation de capitale européenne du tourisme médical (et le tourisme dentaire, plus particulièrement,y est en plein essor), et beaucoup de visiteurs viennent ainsi profiter de prix particulièrement attractifs, que l’on retrouve aussi quand il s’agit de places de concerts ou d’activités sportives.

Novi Sad Serbie

Novi Sad, la sage capitale du Nord

A partir de Zemun, à quelques kilomètres au nord de Belgrade, commence la province de Voïvodine, rattachée à la Serbie après la Première Guerre Mondiale (et appartenant auparavant à l’Empire Austro-hongrois). Cette large plaine céréalière a donc une Histoire légèrement différente, avec des minorités culturelles et linguistiques liées à ce passé (dans la ville de Subotica, notamment, au nord de la Serbie, on entend aussi souvent parler hongrois que serbe), a donc sa propre culture, et sa propre capitale (qui n’a pourtant plus ce statut) : Novi Sad.

Cette paisible ville, baptisée l’Athènes serbe puisque des trésors patrimoniaux y ont longtemps été conservés, s’étend sur les bords du Danube, et présente un visage singulier. Une imposante cathédrale catholique, située près des églises orthodoxes, d’une ancienne synagogue et d’autres lieux de cultes, sert de point de rendez-vous aux badauds, qui se promènent ensuite le long de rues piétonnes où les terrasses de café ne désemplissent que rarement, se rendent au théâtre national serbe, ou, au milieu du mois de juillet, de l’autre côté du fleuve, là où se déroule chaque année le festival Exit.

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous aimerez lire