6 conseils pour parler aux enfants du réchauffement climatique

par | lundi, 3 août 2020 | Culture | 0 commentaires

Comment parler aux enfants du changement climatique

Il y a quelques mois, je me tenais devant l’évier de la cuisine. Soudain, ma fille, qui a sept ans, a dit: “Vous avez de la chance les adultes, vous serez vieux avant que la planète ne soit complètement détruite par le changement climatique.”

Je ne savais pas que cela tourmentait son esprit. Je n’avais jamais pas passé beaucoup temps à lui en parler.

Et le pire, d’une certaine façon, c’est que sa voix n’était pas pleine d’émotion. C’était une réflexion complètement banal.

apprendre la meteo

Comment réconfortez-vous un enfant lorsque la science suggère qu’il a raison de s’inquiéter?

Ces six conseils rassemblent des pistes pour les parents, les animateurs et les professeurs pour parler du réchauffement climatique avec les plus jeunes.

1. Brisez le silence

Pour un nombre croissant de familles à travers le monde, il est impossible de l’éviter : le changement climatique est déjà à leur porte.

Mais en ce qui concernent ceux qui sont assez privilégiés pour avoir évité les impacts directs jusqu’à présent, semblent avoir du mal à prendre conscience de ces nouvelles inquiétantes sur notre environnement. Et l’un des plus grands obstacles au sein de ce groupe est émotionnel.

Malgré le fait que la crise climatique affecte littéralement tout le monde sur terre, nous sommes encore trop nombreux à nous regarder le nombril seuls avec nos soucis et nos visages éclairés par les écrans de nos téléphones. Nous semblons avoir plus peur de perturber notre train-train quotidien que nous avons peur du changement climatique.”

Pourtant, il existe des actions simples que les familles peuvent entreprendre à la fois personnellement et collectivement. L’aspect émotionnel est en fait, je pense, l’un des aspects les plus importants du travail climatique à l’heure actuelle. Pour une relation saine avecs vos enfants il faut éviter la culpabilité, le chantage, la confusion et la peur.

“Qui veut parler de cette idée de catastrophe imminente ou d’énormes tempêtes ou incendies de forêt qui balayent votre ville? … C’est effrayant. Je ne peux y penser tous les jours. Je dois le prendre en microdoses honnêtement.”

Nous craignons d’alarmer nos enfants ou de dire les mauvaises choses surtout s’ils sont émotifs.”

Parler du changement climatique entre enfants et adultes, y compris nos sentiments à ce sujet, est une première étape nécessaire pour aider nos enfants à faire face.

parler du changement climatique a l'ecole

2. Présentez à vos enfants les faits établi

Dans un sondage paru plus tôt cette année disait que 84% des parents convenait que les enfants devraient être informés du changement climatique. Mais, seulement un peu plus de la moitié d’entre eux, ont déclaré en avoir parlé à leurs propres enfants. (Il y avait un écart similaire parmi les enseignants interrogés également, nous ne pouvons donc pas compter sur les écoles pour le faire à notre place.)

Voici un exemple de discours, basé sur des conversations avec plusieurs éducateurs et psychologues, qui pourrait être utilisé pour des enfants même aussi jeunes que quatre ou cinq ans:

Les humains brûlent beaucoup, beaucoup de combustibles fossiles pour l’énergie, dans les avions, dans les voitures, pour éclairer nos maisons, et cela met des gaz à effet de serre dans l’air. Ces gaz s’enroulent autour de la planète comme une couverture et rendent tout plus chaud.

Une planète plus chaude signifie de plus grosses tempêtes, elle fait fondre la glace aux pôles impactant les océans, il est plus difficile pour les animaux de trouver des endroits où vivre.

Et c’est un très, très gros problème, et il y a beaucoup de gens intelligents qui y travaillent, et il y a aussi beaucoup de choses que nous pouvons faire en famille pour aider. “

Les gardiens du climat et le WWF vous propose des ressources d’apprentissage en ligne sur le changement climatique. Si vous souhaitez approfondir vos connaissances, regardez une vidéo ou passez un test online.

Vous connaissez mieux vos enfants, alors essayez de vous assurer que le niveau d’informations que vous leur donnez est approprié et pas trop violent ou perturbant. Mais en même temps, nous ne pouvons pas toujours contrôler ce qu’ils peuvent entendre ailleurs, il est donc bon d’être proactif avec des faits simples.

changement climatique enfant

3. Sortez à l’extérieur

«J’ai rencontré des tas de gens qui ont été vraiment traumatisés en rencontrant une crise écologique».

J’adopte donc une approche différente. Moi et ma fille passons autant de temps que possible à explorer la nature, des forêts primaires aux jardins potagers.

Vous n’êtes pas obligé de vivre près des montagnes ou de l’océan pour promener vos enfants dans la nature. Vous pouvez commencer avec des fourmis sur le trottoir.

Vous devez élever votre enfant pour qu’il comprenne le réseau des relations dans la nature plutôt que de s’attarder sur les dommages écologiques.

4. Concentrez-vous sur les sentiments

Nathalie, à Bruxelles, Belgique, a répondu à notre appel sur l’anxiété infantile. Nous n’utilisons pas son nom de famille parce qu’elle partage des informations sur la santé mentale de sa fille. Elle dit que lorsque sa fille n’avait que 3 ans, à l’école maternelle, elle a appris que les tortues marines mangeraient du plastique dans l’océan et mourraient. À ce jour, cinq ans plus tard, à l’âge de 8 ans :

“Si elle voit des déchets, il ne lui suffit pas de les ramasser car pour elle les tortues marines vont mourir! Elle ne peut pas lâcher prise. “

L’anxiété clinique affecte un petit pourcentage (et croissant) d’enfants. Mais les inquiétudes concernant l’environnement sont répandues. Dans un récent sondage du Washington Post , 7 adolescents sur 10 ont déclaré que le changement climatique nuirait à leur génération – c’était sensiblement un peu plus que les tranches plus âgées.

Un domaine émergent: la psychologie du climat .

Il existe trois grandes réponses positives à un énorme stress comme le changement climatique.

Le premier est connu sous le nom de «adaptation centrée sur les émotions».

Cela pourrait inclure “Passer du temps avec des personnes que nous aimons et chérissons. Faire des activités positives. Passer du temps dans la nature. Faire une pause.

Avoir une boîte à outils d’activités réconfortantes à essayer lorsque vos enfants se sentent anxieux ou déprimés, est une façon d’aider tout le monde à devenir plus résilient aux facteurs de stress – qu’il s’agisse de l’actualité ou d’une tempête qui arrive. 

Notre instinct primaire est bien sûr de protéger nos enfants de la dureté du monde. Mais une fois qu’ils sont assez vieux pour être à l’école et pour comprendre un peu l’actualité, cela peut ne pas être possible. C’est notre travail plutôt d’être ouvert à «entendre comment les enfants pourraient se sentir et penser à la crise climatique et être en mesure d’aider les enfants à gérer ces sentiments.

5. Passez à l’action

La deuxième façon de faire face à un stress comme le changement climatique, après une relation axée sur les émotions, est une adaptation axée sur les problèmes. Les choses que nous pouvons faire pour essayer d’atténuer le problème réel qui cause le stress.

Beaucoup de gens, n’avaient jamais accordé une attention particulière aux problèmes environnementaux avant la naissance leur enfant. Les nourrissons de 2020 ont de bonnes chances de voir l’année 2100 et les prévisions climatiques pour la fin du siècle sont effrayantes..

L’année 2100 a toujours été une chose vraiment abstraite pour moi. Ce n’est pas quelque chose que je vais voir, ce n’est pas quelque chose que je vivrai. Mais quand [ma fille] est née, c’est devenu très réel.”

Bien sûr, tout le monde n’est pas en mesure de changer sa vie de façon radicale. Mais il y a d’autres pistes de solutions. Des idées pour les familles à tous les niveaux de budget et d’engagement. Comme le compostage et le tri des ordures, à l’engagement civique, comme se présenter à une association locale ou à une manifestation comme bénévole.

Ce même sondage du Washington Post a rapporté qu’un adolescent sur quatre avait pris des mesures liées au climat.

Jayden Foytlin, 16 ans, est devenu l’un des 21 jeunes plaignants dans une affaire appelée Juliana contre les États-Unis . Ce sont des jeunes qui poursuivent le gouvernement fédéral, affirmant qu’il a violé leurs droits à une planète vivable.

Elle concilie donc travail scolaire, amour de l’art et plainte devant les tribunaux. Jayden dit qu’il s’agit de “montrer aux gens que la voix des jeunes compte. Et c’est quelque chose qui doit être pris au sérieux, sinon nous perdrons des vies.”

La mère de Jayden, Cherri Foytlin, est une militante environnementale dévouée en Louisiane depuis la marée noire de BP en 2010. Elle dit que Jayden joue et est épanouie comme n’importe quel enfant.

“La seule différence”, poursuit Foytlin, “c’est que son esprit et son cœur sont si passionnés par la protection de la vie. Elle est aussi une source d’inspiration pour moi, pour être honnête.”

S’impliquer dans une cause urgente  correspond à merveille avec les compétences et les qualités que nous savons que les enfants doivent développer pour leur permettre de s’épanouir à l’âge adulte. Comme l’empathie, la coopération, les compétences de présentation, l’autonomie.

Soutenez vos ados,  en les écoutant et en leur fournissant des informations et un soutien utiles, mais il est  aussi important de prendre du recul et de les laisser faire leur truc.

6. Redonnez l’espoir

L’adaptation centrée sur les émotions concerne les sentiments. L’adaptation axée sur les problèmes est une question d’action. La troisième voie pour faire face à un facteur de stress comme le changement climatique, est une adaptation axée sur le sens. Il s’agit de réfléchir : comment encadrer le problème afin que nous puissions continuer à espérer et ne pas sombrer dans le cynisme, l’apathie ou le désespoir.

Les psychologues examinent comment les enfants et les adolescents trouvent un chemin de résilience face à la menace du changement climatique. Une stratégie réussie est de développer la confiance que d’autres travaillent sur ce problème – de réaliser qu’aucun de nous n’est seul. Une seconde est de se concentrer sur les nombreux avantages d’un avenir durable, comme plus de justice sociale, des communautés plus fortes, une meilleure santé.

activité environnement enfant
Pouvoir garder espoir est important

Et pour nos enfants, en leur rappelant de prendre des pauses et d’apprécier le fait d’être un enfant. Il est important qu’ils «se sentent toujours insouciants et joyeux et découvrent des choses merveilleuses dans le monde, apprennent des façons dont le monde vaut la peine d’être vécu, même s’ils relèvent également de grands défis de la vie».

Les parents ont un rôle délicat à jouer alors que les jeunes militants se mobilisent. “Nous devons nous associer avec eux et nous ne devons pas les abandonner dans cette crise et nous devons prendre du recul en même temps et les laisser diriger.”

Quand je pense aux options qui s’offrent à moi en tant que mère en 2020 pour essayer de faire face à une crise mondiale tout en payant mon crédit et en préparant les repas, je ne vois pas «l’espoir» comme un lieu d’atterrissage ou une destination unique. Je me vois faire face aux faits, agir et offrir du réconfort lorsque je me sens plus forte, et prendre des pauses, chercher du soutien et me tourner vers les autres pour continuer quand je suis fatiguée. C’est tout un cycle, ou selon les jours, une danse.

Commentaires

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Un toit plat est-il meilleur qu'un toit en pente ? - LE Radio - […] toit en pente a généralement une durée de vie au grand minimum de 20 ans. Cela dépendra des conditions climatiques…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous aimerez lire

La culture kawaii au japon

La culture kawaii au japon

La culture kawaii au Japon Si vous êtes habitué à regarder des animes, des Drama asiatiques ou si...