Quelle habilitation électrique est adaptée à votre profession ?

par | mercredi, 23 juin 2021 | Uncategorized | 0 commentaires

Parmi les métiers du bâtiment notamment ceux de second œuvre, certains demandent des certifications claires et précises dont le but est d’assurer que l’ouvrier concerné dispose des compétences nécessaires pour la réalisation de ses missions. C’est notamment le cas des habilitations électriques pour les professionnels des courants faibles et forts.

Obtenir une habilitation électrique en suivant une formation

Une habilitation électrique est définie comme étant une reconnaissance de l’aptitude d’un employé à effectuer en toute sécurité une tâche d’ordre électrique ou non électrique, sur ou à proximité d’une installation électrique. 

Dans le cas où votre employeur demande votre intervention sur des chantiers qui nécessitent des habilitations électriques spécifiques que vous n’avez pas, il doit obligatoirement organiser et financer une formation préparatoire théorique et pratique qui peut être réalisée au sein de votre entreprise ou dans un organisme habilité. Elle peut durer de 1 à 3 jours, selon l’habilitation souhaitée. En tous les cas, le temps passé en formation est compté comme un temps de travail effectif, et vous êtes donc rémunéré par votre employeur.

Suite à la réussite des différents modules de formation, vous obtiendrez un “avis après formation” et un titre d’habilitation électrique. De plus l’employeur  remettra également à l’employé un recueil d’instructions générales de sécurité d’ordre électrique. C’est un document strictement personnel qu’il faut obligatoirement l’avoir sur soi en intervenant sur un chantier particulier ou professionnel. En cas de perte immédiate, il y a lieu d’informer l’employeur pour faire le nécessaire.

Enfin, il faut savoir que le fait de posséder une habilitation électrique ne vous autorise pas à effectuer des opérations sans l’accord de votre employeur. Vous devez obligatoirement être missionné par le responsable hiérarchique pour intervenir sur des installations qui requièrent cette certification.

Tout au long de l’année, l’employeur doit s’assurer que les compétences de l’employé sont toujours en adéquation avec les évolutions des opérations à réaliser. En cas de besoin, il est possible de  compléter une formation et lui faire passer une nouvelle habilitation électrique.

C’est l’employeur qui décide lui-même de la durée de validation de votre document. En règle générale, il est conseillé de le renouveler tous les deux ou trois ans, pour s’assurer que vous disposez d’une formation à jour. Une fois ce délai passé, il y a lieu de passer  “un recyclage”. Cette formation de mise à niveau permet d’entretenir et d’enrichir vos savoirs et  savoir-faire.

Qui peut obtenir une habilitation électrique ?

La formation qui précède l’obtention d’une habilitation électrique concerne les salariés amenés à changer une ampoule ou à manipuler un disjoncteur de manière occasionnelle mais aussi les techniciens de maintenance et les électriciens professionnels.

Une habilitation électrique permet au salarié l’accès à certains locaux électriques, à exécuter, surveiller ou diriger des travaux  électrique ou à réaliser des essais, des mesurages ou des vérifications sur ces installations électriques.

Que vous soyez stagiaire, apprenti, salarié embauché ou intérimaire, l’employeur va  financer l’habilitation ou le recyclage au moment vous intervenez sur des chantiers exigeant des actions électriques.

Par contre, un employeur ne peut pas délivrer une habilitation électrique sans le suivi d’une formation de préparation. Quant aux personnels des entreprises sous-traitantes, c’est à leur employeur de financer les habilitations électriques de leurs salariés, même s’ils travaillent sur des chantiers annexes.

Limiter les accidents du travail grâce aux habilitations électriques

Selon l’INRS (institut national de recherche et de sécurité), “au cours des dix dernières années, le nombre moyen d’accidents du travail (AT) d’origine électrique est de 730, soit 0,12% du nombre total des AT.” Parmi ces nombreux accidents professionnels, 1% d’entre eux ont été mortels pour les ouvriers contre 0,08% pour les autres métiers du BTP. Dans le domaine de l’électricité, 10% des AT sont jugés graves.

L’objectif des habilitations électriques est donc la certification des compétences d’un professionnel à travers une formation réglementée et approfondie. Il s’agit de confier des missions sérieuses à des personnes compétentes et conscientes qu’un comportement irréprochable est indispensable dans ce métier.

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous aimerez lire