Saut à l’élastique : informations générales à connaître avant votre voyage

par | jeudi, 23 décembre 2021 | Voyage | 0 commentaires

Né comme un rite de passage sur l’île de Pentecôte au Vanuatu, le saut à l’élastique est aujourd’hui un sport et une aventure qui excite et fascine de nombreuses personnes. Depuis le premier saut en 1993, plus d’un million de personnes dans le monde ont sauté dans le vide. Elle est également très populaire en France et de nombreux endroits présentent des caractéristiques favorables à sa pratique. Découvrez qui peut faire le saut à l’élastique et comment le faire.

Saut à l’élastique : comment ça marche ?

Théoriquement, le saut à l’élastique implique des sauts en hauteur, des chutes libres à 100 km/h, la tête en bas et le souffle coupé, ainsi que la montée d’adrénaline. Le saut à l’élastique est une activité qui consiste à sauter d’une plate-forme élevée, comme un pont ou une grue, à l’aide d’une corde élastique soudée aux chevilles. Tout équipement utilisé doit être adapté à la discipline et doit inclure un équipement d’escalade approuvé. Par exemple, le caoutchouc doit avoir des propriétés qui garantissent la praticité et un haut niveau de sécurité. Il doit également y avoir un harnais d’escalade porté par le sauteur ainsi qu’un autre harnais pour intervenir en cas de défaillance du caoutchouc. Pour comprendre comment cela se passe, regarder des photos de saut à l’élastique à Caen.

Par ailleurs, la bande élastique doit se composer de deux sangles de cheville de 50 kg qui :

  • peuvent s’étirer jusqu’à 650 % de leur longueur initiale ;
  • fournissent environ 1 000 sauts ;
  • doivent être remplacées après 200 sauts ;

Pour le reste, le type de caoutchouc utilisé pour chaque « sauteur » varie en fonction de son poids.

Qui ne peut pas faire du saut à l’élastique ?

Comme d’autres sports, le saut à l’élastique est déconseillé aux personnes souffrant de graves problèmes cardiaques, neurologiques, osseux, articulaires, d’épilepsie, d’épaules disloquées ou blessées, de blessures, et d’opérations récentes. Par ailleurs, cette pratique est également déconseillée aux personnes ayant des problèmes urinaires, aux femmes enceintes et aux personnes souffrant de certaines maladies oculaires. Les personnes sous l’influence de drogues ou d’alcool ne devraient évidemment pas aussi faire du saut à l’élastique.

Bien que le saut à l’élastique soit généralement très sûr, il peut également être dangereux en raison d’un certain nombre de problèmes de santé. Donc, il est conseillé de s’abstenir à le faire si vous avez des problèmes de santé. Par ailleurs, certaines personnes se demandent si les mineurs peuvent faire du saut à l’élastique. Oui, à condition qu’ils doivent être accompagnés d’un parent ou d’un tuteur lors du saut.

Vêtements pour le saut à l’élastique

Pour faire le saut à l’élastique, vous pouvez porter ce dans quoi vous vous sentez à l’aise, tant que vous pouvez bouger. Cependant, il y a quelques éléments à prendre en compte. Si le pont est situé dans une vallée où se rencontrent des courants froids et chauds, il est conseillé d’apporter un T-shirt et un pull. Et n’oubliez pas des vêtements de rechange dans la voiture en cas de pluie. Il est recommandé de porter des pantalons longs, car les pneus ne peuvent être utilisés qu’à partir des chevilles, grâce à des sangles spéciales. Il peut également rendre la peau un peu sèche et rouge. Avant d’entrer dans la rampe au milieu du pont, il vous sera demandé de vider vos poches et de laisser les colliers ou bracelets qui pourraient se détacher pendant le saut à l’élastique. Ceci afin de protéger les membres de l’équipe travaillant sous le pont pendant la descente.

Pour le reste, éviter de porter des vêtements trop serrés lors de votre saut à l’élastique. Puisque le saut implique une montée d’adrénaline, vous devez vous assurer de pouvoir mieux respirer, sinon c’est l’asphyxie. Également, le fait de porter des vêtements trop serrés, au moment, du saut est hyper gênant, donc, préférez plutôt de mettre des vêtements plus souple et aéré comme le jogging, etc.

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Vous aimerez lire